Peut-on encore partir travailler à l'étranger en 2021 ?

A l’heure où l’on écrit cet article, cela fait déjà 1 an et demi qu’on se trimballe le Covid-19. Vous vous rendez compte ? 1 an et demi… Depuis ce temps-là, beaucoup de choses ont changé. La côte de popularité de Macron ou l’état de votre compte en banque, par exemple, mais aussi le regard sur le tourisme ou sur son travail (il n'y a qu'à regarder la trend #Quitmyjob sur Tiktok pour s'en rendre compte).

C’est bien simple, la majorité des gens ne savent plus quoi faire. Doit-on culpabiliser de partir à l’étranger ? Peut-on encore prendre sa liberté et créer son entreprise durant la crise du Covid-19 ? Où est passée la joie d’entreprendre ? On répond à toutes ces questions dans notre article.

Travailler ou entreprendre à l’étranger, c'est encore possible

  • Le regard des entreprises sur le remote

La mobilité des travailleurs est au cœur de toutes les discussions et le télétravail n’a jamais été aussi bien perçu qu’en ce moment. Durant les confinements successifs, les entreprises ont été obligées de s’adapter.

Si elles n’étaient pas taillées pour, elles ont du prendre des dispositions, rédiger des chartes, adapter leurs conventions collectives. Aujourd’hui, il est courant qu’elles accordent de 1 à 3 journées de télétravail par semaine à leurs employés, même si le droit du travail reste flou sur le sujet. D'autres sont carrément passées en full remote, ou sont sur le point d'y parvenir, comme Dunnit, Fizzer ou platform.sh.

Et ça, c’est déjà un poids en moins. Tu n’auras plus à culpabiliser de ne pas être physiquement présent puisque tes employeurs ou tes prestataires commencent à s'y habituer.

La confiance reste au centre du débat. On ne peut que te conseiller la transparence totale dès le début en expliquant à tes futurs partenaires de boulot ton organisation. Le gros problème actuel reste le management par la surveillance. Dans l'esprit collectif, un bon employé de bureau est un employé qui fait ses heures, coûte que coûte.

La démarche sera grandement simplifiée dans le cas d'emplois qui ne nécessitent pas forcément de présentiel, comme chez les développeurs webs ou les consultants, mais ça vaut quand même le coup d'essayer si tu n'as besoin que d'un ordi et d'un clavier pour travailler.

La clé, c'est la préparation. Pèse les pours, les contres, estime les budgets et les coûts que tout représente. La pilule ne passera que mieux.

    • Peut-on encore entreprendre à l'étranger en 2021 ?

    Puisqu’une image vaut mieux que 1000 mots.

    Tu l'auras compris, on est profondément convaincus que c’est le moment ou jamais de se lancer à son compte, ou d’accepter de partir à l’étranger pour le compte de son entreprise. Tant que tu n'as pas trop de dépenses à avancer et que tu peux travailler sans grosse contrainte technique, c'est bien !

    Pour les auto-entrepreneurs qui bossent dans le consulting, la comm, le market, la finance, le développement web ou mobile, c'est extrêmement facile et peu contraignant.

    Cependant, on déconseille fortement de quitter son job sans avoir un bon réseau au préalable, et de l'argent de côté pour prévoir les mois difficiles. Sans ces deux points, c'est probablement encore un peu tôt.

    • Les aides de l’Etat pour les créateurs d’entreprise

    Il existe 4 types d’aides. Bien que les acronymes se ressemblent tous, chacune a ses petites spécificités. Tu peux toutes les retrouver en détail sur notre articlé consacré aux aides de l’Etat pour la reprise ou la création d’une société.

    Malheureusement, la plupart de ces aides concernent des bénéficiaires de l’allocation de l’Aide au Retour à l’Emploi (l’ARE) et Pôle Emploi n’aime pas trop (pas du tout hein, que l'on soit bien clairs) que l’on parte entreprendre à l’étranger.

    Si tu veux te lancer solo, il est donc nécessaire d’avoir plusieurs cordes à ton arc qui te sortiront toujours de la galère, dont du réseau (pour avoir des revenus réguliers) et un peu de bagout.

    🚧 D'ailleurs, tu pourras bientôt télécharger notre guide pour tout savoir des conditions à remplir avant de partir seul vers le grand large.🚧

    Doit-on culpabiliser de voyager en 2021 ?

    On n’aurait pas monté Remoters si on était convaincus que le voyage est un fléau mondial. Ce qu’on aura surtout appris de ces dernières années, c’est que rien n’est jamais acquis.

    • Peut-on voyager durant la crise du Covid-19

    Oui, à condition que le pays ne soit pas totalement confiné avec interdiction stricte de se rendre à l’aéroport. Ensuite, checke l’ouverture des frontières internationales, ça te donnera une bonne idée des destinations vers lesquelles tu peux te rendre.

    Le site Tourdumondiste recense très bien la liste des pays ouverts en temps réel.

    Si tu es joueur, considère que le Covid-19 est une carte « aléas » qui peut compromettre tous tes plans en un rien de temps. Ou simplement une modalité supplémentaire avec laquelle composer.

    En partant des mois à l’étranger, tu limites les risques :

                ✔️ La quatorzaine parfois obligatoire n’est plus un souci pour toi. Tu es là pour rester au même endroit, pas tellement pour faire des sauts de puce dans le pays.
                 ✔️ Tu peux te renseigner à l’avance sur la situation dans une zone précise, et tous les établissements de soin à proximité de ton domicile.
                 ✔️ Des assurances voyages spécifiques existent pour les digital nomads ou les expatriés, comme chez notre partenaire AVA :

    ➡️ Découvre l’assurance spéciale expat d’AVA
    ➡️
    Découvre l’assurance spéciale digital nomads d’AVA

    💀 Sans surprise, si tu n’es pas du genre à aimer prendre des risques, on te conseille fortement d’atteindre la fin de la pandémie.

    • Le voyage est-il vraiment un fléau pour l’environnement ?

    Le tourisme de masse a assurément un impact considérable sur le réchauffement climatique. En France, 10% des émissions de gaz à effet de serre sont émises par le secteur du voyage.

    ❌ Chez Remoters, on est pas très fans des voyages loisirs, où l’on dépense un fric fou pour partir à l’autre bout du monde et faire le tour des attractions majeures d’un pays en un temps record. On est plutôt des adeptes du slow-travel.

    Prendre le temps de s’implanter dans une zone, participer à l’économie locale en dépensant son argent dans les boutiques artisanales, connaître le nom des restaurateurs… ça, c’est vraiment le truc qui nous fait kiffer !

    Dans ce cas-là, tu réduis considérablement ton empreinte carbone, en plus de vraiment découvrir la région. Ok, tu ne verras peut-être pas tous les jours des choses incroyables. Mais parfois, les plus beaux trésors se trouvent dans l’ordinaire.

    On espère que cet article t'aura aidé à lever quelques doutes. Quoiqu'il en soit, l'aventure entrepreneuriale est toujours une belle aventure qu'il faut vivre au moins une fois dans sa vie. Si tu veux qu'on en discute, viens donc nous rendre visite sur nos réseaux ou écris nous par mail à info@weareremoters.co :

    💻 Rejoins nous sur Linkedin
    🤳 Rejoins nous sur Instagram