Les 10 meilleures destinations dans le monde où télétravailler en 2022.

On a vu passer dernièrement beaucoup de classements sur les destinations préférées des digital nomads. Problème : une grande partie d'entre eux se base sur des critères nébuleux, sans prendre en compte le coût de la vie, la météo où les contraintes techniques imposées par la destination (comme l'Indonésie ou la Thaïlande qui souffrent encore d'une connexion Internet souvent hasardeuse). Il est temps pour nous de vous livrer notre version corrigée des 10 meilleurs pays et villes où télétravailler dans le monde en 2002, garantie sans mythos. Allez hop, on commence de suite :

🦥 Costa Rica

Ils ont créé un visa dédié aux digital nomads. Et dorénavant, leur Presidente de la Republica a même signé une loi pour attirer les travailleurs et prestataires de services à distance internationaux. Pas d’impôts sur le revenu, un visa valable un an, la possibilité de travailler sur un hamac au milieu des paresseux (même si tu avais l’habitude en France de bosser avec des branleurs), une connexion à faire pâlir les briscards de Station F (dans les endroits dédiés, évidemment. C’est beaucoup moins rapide en pleine jungle) et un permis de conduire français valable sur l’ensemble du territoire. Que demande le peuple ?

Dans la jungle du Costa Rica


⛪ Séville 

C’est le coup de cœur de Damien, l’un des deux fondateurs de Remoters. Et même si on aime bien cracher sur la direction, on ne peut pas tellement lui en vouloir. Le climat est accueillant, la population est accueillante, la nourriture est accueillante, l’architecture est accueillante. La connexion Internet est globalement excellente et on peut facilement se déplacer au pied, ce qui permet de faire une grosse économie sur la location de voitures. L’offre d’hébergements est de plus en plus fournie, avec tout le package nécessaire pour télétravailler correctement. Et le coût de la vie est globalement moins élevé. Pour les bons plans, c’est à nous qu’il faut s’adresser. Et pas besoin de parler espagnol (toutefois, ça te sera indispensable pour y vivre à long-terme).


Plaza Espana, Séville, en Espagne

🐤 Les Canaries

On n’est pas non plus sur une énorme surprise. Les Canaries ont été, sont et resteront probablement l’un des Eldorado des télétravailleurs longue distance. La couverture Internet est excellente (du moins, dans les villes courues des DN), l’offre d’hébergements est pléthorique, bien que de plus en plus chère et la température avoisine les 20°C tout au long de l’année. En plus, on peut faire des sauts de puce d’île en île et découvrir chaque mois une nouvelle destination, sans trop dépenser d’argent. A propos d’argent, le gouvernement local a débloqué une jolie enveloppe de 500 000€ pour attirer 30 000 remoters d’ici 10 ans.

Tenerife, Canaries


🦈 Barbade

«T’as fait quoi aujourd’hui ? ». « J’ai envoyé deux-trois mails avant d’aller ma pause déj dans l’eau, aux côtés de requins, et toi ? ». « J’ai aussi envoyé des mails à des requins, mais pas le même type. Avant de prendre le métro ». Extrait fictif d’une conversation entre un expatrié aux Barbades et son ami coincé à la Défense. Eux aussi ont développé un visa réservé aux digital nomads, permettant de rester 12 mois à se dorer la pilule au soleil. Pas d’impôts, mais une TVA de 17,5% sur tous les achats. Ça passe. Par contre, paradis de la finance oblige, il faut s’acquitter de 2k$ pour les frais de dossier et prouver qu’on gagne plus de 50.000$ par an. Si ce n’est pas le cas, plein de vidéos Youtube t’indiquent comment faire. Une fois le Graal atteint, tu auras de belles relations dans la poche et la possibilité de faire des affaires directement sur place. A noter que le taux d’imposition pour monter sa boîte à destination est extrêmement intéressant (entre 1% et 5,5%). Attention aux salariés, mieux vaut vous arranger avec votre patron pour lui faire avaler les 6 heures de décalage horaire.

Plage de la Barbade


🏰 Estonie, Tallinn

Certains décrivent Tallinn, la capitale, comme la nouvelle riviera baltique. Effectivement, les loyers ne sont pas donnés, mais toujours moins cher qu’aux Etats-Unis, qu’en France ou que dans la plupart des pays d’Europe de l’Ouest. La vie sur place est très accessible (à 4€ la pinte, on dit oui). Bon, rien de nouveau à l’horizon, le pays ayant créé depuis 2014 un statut spécifique pour les travailleurs du secteur digital. Depuis, la connexion Internet ne cesse de s'améliorer et la capitale est devenue l'une des figures de proue européenne en la matière. D’ailleurs, c’est en Estonie qu'a été inventé Skype. Encore un bon argument à faire valoir auprès de votre direction.

Tallinn, en Estonie, sous la neige


⛰️ Géorgie, Tbilisi

Tbilissi commence à faire de plus en plus parler d’elle. La capitale avait déjà prouvé sa capacité à dessiner le futur, en donnant naissance à quelques talents de la scène européenne de techno industrielle. Désormais, c’est un incontournable du nomadisme digital grâce à son programme « Remotely from Georgia ». La destination est moins contraignante que la plupart. Pour obtenir le visa d’un an, il faut s’acquitter d’une assurance santé et d’un revenu équivalent à 1650€ par mois. Les logements combinent l’avantage d’être spacieux, peu chers (on peut s’en tirer pour 700€ pour un appart de 70m² en pleine centre-ville)… et les paysages sont sublimes. Bien s'assurer auprès de son correspondant de la vitesse de connexion Internet, globalement suffisante dans toute la ville.

Centre-ville de Tbilisi, en Géorgie

🌴 Madère

On y est en ce moment-même, et on trouve que c’est un petit paradis. Déjà, il fait chaud toute l’année. Ensuite, on passe de la jungle à la montagne à la plage en une poignée de minutes. Deux villages dédiés aux digital nomads avec fibre, coworkings et réunions de personnes tatouées, avec des macbooks et des bières à la main inclus dans le package. Un troisième est d’ailleurs sur le point d’éclore. L’île met la main au portefeuille pour développer ses infrastructures et rajeunir sa population touristique. La capitale commence à palpiter de vie digitale et de nombreux nids dédiés éclosent un peu partout dans ses divers quartiers. Heureusement, les prix sont encore très accessibles, le salaire local étant de 700€ par mois. Seul bémol, les loueurs de voiture qui galèrent à suivre la demande et en profitent donc pour faire exploser le prix des locations. 

Ponta de Sao Lourenço, Madère


🦇 Valencia

C’est le spot encore confidentiel. Il suffit de se pointer sur place en vacances pour avoir envie d’y rester un peu plus. La vie culturelle y est foisonnante et on bénéficie du doux climat espagnol pour une cure de vitamine D tout au long de l’année. La fibre optique est majoritairement présente dans toutes les zones urbaines et commence même à s’exporter vers les zones rurales. En plus de sa douceur de vie, on y profite en plus d’un coût de la vie bien inférieur à la plupart des métropoles européennes. Et on ne va pas se mentir, c’est aussi un facteur important !
Ps : si tu te poses des questions sur la chauve-souris, n'aie crainte. C'est simplement l'emblème de la ville.

Cité des Arts et des Sciences à Valencia, en Espagne

 

🦘 L’Australie  

On a eu du mal à trancher entre Sydney et Melbourne, alors on t’a mis les deux. Si on adore ces deux villes, c’est juste parce qu’on trouve ça rigolo de fêter Noël sur la plage. Ah, et aussi parce que le continent est magnifiquement sublime, que le location d’un cowork est moins chère qu’à Paris, Berlin, Singapour ou New-York, que la qualité de vie revient souvent parmi les meilleures du monde, qu’on adore les koalas, qu’il y a beaucoup d’hébergements ou de colivings dispos et que le coût de la vie reste très correct. Cependant, c’est une destination qui convient bien mieux aux entrepreneurs qu’aux salariés, décalage horaire oblige. 

Skyline de Melbourne, en Australie


🐪 Dubaï

Honnêtement, on s’est longuement tâté sur la destination. Par choix éthique, premièrement. Par conditions météorologiques, ensuite. Mais force est d’avouer que la mégalopole émiratie a su tirer son épingle du jeu en proposant un cadre de vie sensationnel. C’est une sorte de Disneyland géant, où rien n’est trop beau ni impossible. Certes, il faut avoir la patience de circuler entre les pauses Instagram des influenceurs et accepter un mercure qui peut grimper jusqu’à 50°C. Quant au visa digital nomad il est relativement inaccessible puisqu’il faut présenter un salaire minimum de 5000$ par mois. Cela dit, pour les expats et salariés, c’est un vrai bon plan avec des logements incroyaux (ça ne se dit pas mais ça sonne bien) pour des prix dérisoires, avec toute la sécurité du monde. Vous y aurez bien souvent un chauffeur privé, une connexion Internet réputée pour être la meilleure du monde… et le jetlag est tout à fait acceptable.

Downtown de Dubaï, aux Emirats arabes unis

Voilà, vous êtes maintenant prévenus. Et devinez quoi, on a déjà des correspondants installés sur la quasi-totalité de ces destinations. Elle est pas belle la vie ? Pour nous envoyer une demande, c’est par ici : 

Si tu souhaites compléter, critiquer, encenser, haïr, glorifier notre classement, tu peux nous écrire via info@weareremoters.co :

💻 Le partager sur Linkedin en nous mentionnant
🤳 Le partager sur Instagram en nous taggant