Et alors, on vit où ?

Une des décisions les plus importantes que vous aurez à prendre quand vous déciderez de travailler depuis l’étranger, c’est où est-ce que vous allez vivre. Votre pied-à-terre.

Un choix important❓

Ce n’est pas comme si vous étiez en vacances. Il faut vous puissiez travailler confortablement. L’idéal évidemment c’est de pouvoir séparer les espaces et d’avoir une pièce pour travailler.

Vous allez voir que vous pouvez choisir entre différents types d’hébergement. Ça va dépendre à la fois de l’offre locale, et de vos impératifs en terme de travail : est-ce que vous avez des activités commerciales, du travail en équipe, est-ce que vous avez besoin de vous concentrer.

Cela dépendra aussi de si vous partez tout seul, ou entre amis, ou en couple.

Et pour finir cela dépendra évidemment de votre budget, on peut vraiment vivre pour des sommes modiques dans beaucoup de pays (OK, pas à Manhattan), mais en fonction de cela, les conditions pour travailler seront plus ou moins faciles.

Chez Remoters, nous entendons régulièrement que l’hébergement, c’est simple, on prend un Airbnb comme on le fait pour les vacances. Si on a besoin d’une pièce en plus, eh bien c’est simple : on prend un deux-pièces plutôt qu’un studio. C’est OK si vous avez les moyens mais c’est souvent la modalité la plus chère (aucune raison de de ne pas continuer à mettre de l’argent de côté quand vous travaillez depuis l’étranger), et vous restez isolés. C’est pour ça que nous nous efforçons de proposer des solutions alternatives, et si ce que vous voulez c’est vraiment un appartement, de vous le trouver pour bien moins cher.

Voici donc les quatre modalités existantes, nous les avons classées de la moins chère à la plus chère, c’est vraiment à vous de vous interroger sur celle qui correspond le mieux à votre mode de vie.

Les auberges de jeunesse

En anglais on dit « hostel ». Bon, on imagine vraiment ces lieux comme des endroits pour faire la fête, bourrés d’étudiants, bourrés eux-mêmes. Ou de backpackers qui viennent faire tourner des machines En bref, un lieu qui n’est pas tellement propice au fait de travailler sereinement. Et le fait de dormir à plusieurs dans une chambre peut vraiment faire fuir.

Si ce n’est pas le cas, et que vous sentez tout à fait à l’aise avec le fait d’être dans une ambiance comme celle-là, et de continuer à travailler, ces lieux sont faits pour vous.

Ce dont on ne se rend pas compte, c’est qu’il existe quelques cas, assez peu dans chaque destination, où l’endroit peut être particulièrement propice au travail. Notamment parce qu’il dispose de chambres individuelles, et souvent d’une zone de coworking, qui les font plutôt ressembler à des espaces de coliving. Et le fait qu’ils ne soient pas répertoriés comme tels fait qu’ils sont souvent bien moins cher.

En fonction des destinations, dans ces lieux, il faudra se méfier de la qualité du wi-fi, surtout si on a à faire régulièrement des meetings.

Chez Remoters, en moyenne, on ne présente que 10 % des hostels sur chaque destination. Ceux dont on estime qu’ils permettent de travailler sereinement.

Les espaces de coliving

Là on touche du doigt le graal des Remoters, les lieux qui sont bâtis autour du travail à distance.

Il s’agit donc de lieux où les espaces communs sont partagés, comme la cuisine et le séjour, bien souvent un jardin. Et une chambre ou une suite composent les espaces privatif. Parfois, et c’est le grand luxe, on peut avoir une cuisine dans l’espace privatif.

Ça donne bien souvent des lieux magnifiques, les espaces communs sont sans commune mesure avec ceux que vous auriez si vous louez un appartement. C’est le mode d’hébergement qui explose en ce moment, et c’est naturel, il correspond tout à fait aux besoins du travail en remote.

Cela peut vous convenir, si vous adhérez au fait de faire partie d’une communauté pendant quelques temps. Cela permet de nouer des liens très forts avec les personnes qui partagent l’espace avec vous. Ça aboutit souvent à des amitiés nouvelles mais il ne faut pas se cacher, il peut également y avoir des frictions.

C’est pour ça qu’il est très important de bien choisir l’endroit. D’abord parce que tous n’ont pas le même état d’esprit, et la communauté qui y habite est presque aussi importante que l’endroit. On a tous été amenés à travailler dans différents espaces de coworking, on a pu noter que dans certains c’était calme et dans d’autres il y régnait une atmosphère plus communautaire. Tout cela est très bien, il faut juste que cela corresponde à ce dont vous avez besoin.

Et puis pas mal de ces espaces imposent de séjourner sur des périodes de temps longues et avec peu de flexibilité pour partir quand on veut.

Dernier hic, comme ces espaces sont récents, souvent ils sont assez mal situés, car il s’agit souvent d’anciennes maisons familiales qui ont été réaménagées, plutôt situées en périphérie des villes.

Chez Remoters nous ne proposons donc que des espaces de coliving où on peut séjourner de manière flexible, que cela soit la politique de l’établissement ou que nous l’ayons négocié pour vous. Nos Remoters essaieront de bien cerner votre manière de vivre et de travailler, pour trouver un espace qui corresponde vraiment à votre état d’esprit.

Les hôtels

Qu’est-ce qu’on a pu entendre ! Quand on a commencé à travailler sur le projet Remoters, notre idée c’était de permettre de séjourner dans des hôtels pour de la longue durée.

On nous répondait que ça faisait des espaces privatifs tout petit, que si on mangeait au buffet tous les soirs, on allait prendre 10 kg en deux mois, et que bien entendu il n’y avait aucun espace pour travailler là-dedans. Grosso modo, vivre comme un touriste pendant plusieurs mois, non merci.

Vu comme ça, évidemment ! Mais dire cela, c’est nier qu’il existe une grande variété d’hôtels et que certains sont tout à fait propices à travailler à distance. Souvent les espaces qui sont prévus pour sont sous-occupés. Il y a régulièrement des mini appartements avec deux pièces, et comme ces établissements ont été bien secoués par la crise du Covid ils cherchent absolument à toucher de nouvelles clientèles. C’est le moment ou jamais !

Bien entendu, les touristes reviendront. Mais les voyageurs d’affaire, pour beaucoup ils ont trop pris goût à Zoom, et leurs patrons aux économies que ça génère. Ils ne reviendront pas ! Les hôtels doivent se réinventer.

Mais vraiment, cela dépend de la destination, sur certaines c’est un choix absurde, pour d’autres il faut le considérer. C’est notamment le cas quand ça permet de profiter des infrastructures sportives, et de la proximité de la plage. On le recommandera plus rarement pour des séjours urbains.

Les locations d’appartement et de maisons

C’est la solution la plus naturelle, celle à laquelle on pense tous. «  Quand je pars en vacances je prends une location sur Airbnb ou Abritel / Homeaway. Il suffit de faire pareil ». Jusqu’à deux / trois semaines de séjour, cela reste la meilleure option.

Au delà, ça risque de faire cher. Ces plateformes sont prévues pour des séjours de courte durée, leur tarification au mois est peu compétitive. Ils prennent en moyenne 18 % de commission, ça représente vite une gosse somme si on reste un long moment. Et quand on réserve au mois sur Airbnb, on n’a pas beaucoup de flexibilité si on veut ou doit partir avant terme.

Donc pour des longs séjours, mieux vaut éviter. Il existe dans chaque destination des monceaux d’appartements ou de maisons qui ne sont pas présentées sur les plateformes. Pour différentes raisons tenant parfois à la législation locale, au fait que les propriétaires n’ont pas envie de ce type de séjours.

Pas convaincu ? Faites une recherche airbnb dans le quartier où vous vivez, pour une durée d'un mois. Normalement tous les appartements qui ressemblent au vôtre sortent 30% à 50% plus cher que le loyer que vous payez.